FORUM DE BIOLOGIE FORUM DE BIOLOGIE
forum des biologistes
FORUM DE BIOLOGIE
FAQFAQ  RechercherRechercher  S’enregistrerS’enregistrer  ProfilProfil  MembresMembres  GroupesGroupes  Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés  ConnexionConnexion 



 Bienvenue 
POUR LES VISITEURS , VOUS NE POUVEZ PAS VOIR LES MESSAGES DE FORUM INSCRIVEZ - VOUS POUR LE VOIR
les tissu animal , document pour lire et pour telecharge

 
Répondre au sujet    FORUM DE BIOLOGIE Index du Forum -> biologie generale -> BIOLOGIE ANIMALE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
abdo2007mad
المدير العام للمنتدى
المدير العام للمنتدى

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2007
Messages: 208
Masculin
Point(s): 300 597
Moyenne de points: 1 445,18

MessagePosté le: Lun 31 Mar - 11:02 (2008)    Sujet du message: les tissu animal , document pour lire et pour telecharge Répondre en citant

Un animal évolué comme l'homme comporte environ 200 types cellulaires différents. Ces cellules 
ne constituent pas l'unité morphologique de base, mais se rassemblent en tissus. Plusieurs tissus vont 
cooperer pour constituer un organe. Un tissu est le regroupement de cellules de même origine et de 
morphologie semblable à divers stades de leur différenciation et qui participent une fonction 
commune. Il y a en conséquence autant de tissus qu'il y a de cellules dans l'organisme. Mais il 
n'existe que deux grands types de tissus, les tissus épithéliaux et les tissus conjonctifs. Attention, dire 
qu'un tissu est de type épithélial ne signifie pas que c'est un épithélium, cela signifie qu'il a un aspect 
morphologique de type épithélial : on ne reflechit pas avec un épithélium par exemple, mais avec son 
tissu nerveux. 
Les tissus de type épithéliaux. 
Un tissu de type épithélial est un tissu dans lequel les cellules sont accolées les unes aux 
autres sans séparations entre elle. Cela regroupe naturellement les épithélium, mais 
également d'autres types sans liens apparents tels que le tissu hépathique et le tissu nerveux. 
On rencontre trois sous type de tissus épithéliaux, les épithélium monocouches, les 
épithélium multicouches et les parenchymes. Une autre particularité de ces tissus est que les 
cellules sont polarisées, non pas électriquement mais morphologiquement. On peut en effet 
distinguer deux extrémités de la cellule aux propriétés différentes. Il peut arriver que l'on ne 
distingue pas de polarité à la cellule, mais dans ce cas, le tissu l'est dans sa globalité et révèle 
celle des cellules qui le constituent. 
Les épithélium dérivent en général de l'endoderme ou de l'ectoderme, mais certains, tel 
l'endothélium vasculaire, peuvent dériver du mésoderme. 
Les épithéliums monocouches. 
Dans ce type de tissu, les 
cellules sont réparties dans un 
plan constitué d'une seule 
couche de cellule. Cette couche 
repose sur une fine lame de 
matrice extracellulaire appelée 
lame basale (et surtout pas 
membrane basale comme j'ai 
parfois pu l'entendre ou le lire, 
ce terme désigne autre chose) 
qui lui permet de s'ancrer au 
reste de l'organisme. La lame 
basale est principalement constituée de collagène et de laminine, elle est synthétisé par 
les cellules épithéliales. Au contact de la lame basale, on peut trouver les cellules 
souches, encore indifférenciées dont la prolifération et la différenciation va permettre de 
renouveller l'épithélium. Les cellules de l'épithélium peuvent être spécialisées, certaines 
ne s'étendant d'ailleurs pas sur l'ensemble de l'épaisseur du tissu, mais sans remettre en 
Les tissus animaux 
Page Le monde animal/Généralités : Les tissus animaux e 1 sur 5 
http://webiologie.free.fr/animal/presentation/tissus.html 10/01/2004 
p p , 
cause le caractère monocouche global de l'épithélium. 
Les cellules sont polarisées. La face en contact avec la lame basale est le pole basal (la 
membrane plasmique au niveau du pôle basal est la membrane basale), l'autre est le pole 
apical. La structure biochimique des membranes des deux pôles est différente et est 
différente de celle des membranes pariétales (celles qui relient le pole basal au pole 
apical. Le pole apical parfois souvent des excroissance appelées microvillosité qui lui 
permettent d'accroitre sa surface. Quand ces microvillosités sont très nombreuses, la 
structure rappelle celle d'une brosse, on parle alors de bordure en brosse. Sous la 
membrane apicale, les membranes pariétales de deux cellules voisines peuvent établir 
des jonctions spécifiques, les jonctions serrées (tight junctions) qui permettent 
l'étanchéité de l'espace intercellulaire, obligeant toutes les molécules hydrophiles à 
transiter par la cellule. D'autres jonctions situées plus bas permettent la cohérence 
mécanique du tissu en fixant solidement deux cellules adjacentes, les desmosomes. 
Enfin, des hemidesmosomes (sorte de desmosomes dont un seul côté est présent, fixent 
l'épithélium à la lame basale. 
Ce type d'épithélium se trouve généralement sur la face interne des organes creux ou il 
constitue la zone d'echange. A ce type appartiennent l'épithélium intestinal, l'épithélium renal 
ou l'endothélium vasculaire. Il constitue aussi la zone secrétrice des glandes excocrines et de 
la plupart des glandes endocrines. 
Les épithélium multicouches. 
Les épithélium multicouches ressemblent beaucoup aux épithéliums monocouches 
sauf qu'ils comportent plusieurs couches de cellules dans leur épaisseur. Dans ce type 
d'épithélium, les cellules souches qui assurent la régénération de l'épithélium sont 
situées au contact de la lame basale. Au fur et à mesure que l'on se rapproche de la 
surface de l'péithélium, les cellules sont de plus différenciées, cette différenciation 
n'étant totale que dans les couches les plus apicales. Dans ce type d'épithélium, il n'y a 
plus de pole basal et de pole apical, ni de bordures en brosses. De nombreux 
desmosomes assurent la cohérence mécanique du tissu, mais il n'y a pas de jonctions 
serrées. 
On trouve dans cette catégorie l'épiderme, tissu exposé aux agressions du monde 
extérieur et en conséquence en renouvellement rapide. 
Les parenchymes. 
Les parenchymes sont des épithlium massif, en volume et plus en couche comme 
précédemment. Dans ce genre de tissu, la polarité des cellules n'est pas évidente à 
déceler, elle existe pourtant. Dans le tissu nerveux, la polarité des neurones est évidente, 
le potentiel d'action ne circule que dans un seul sens, des dendrites vers l'axone. On ne 
peut toutefois pas parler de pole basal et pole apical, il n'y a d'ailleurs pas de lame 
basale. Pour le parenchyme hépathique, le second parenchyme de l'organisme, c'est plus 
dûr. Une observation microscopique montre cependant que les cellules sont rassemblées 
en petits groupe, parfois seulement deux, entourées d'une lame basale, c'est le pole basal. 
On constate également que au centre du groupe, les cellules ménagent un petit espace 
qui ressemble à un canal. Il s'agit d'un canalicule biliaire et c'est là que se situe le pole 
apical. 
Les tissus de type conjonctifs. 
D ti j tif l ll l t é é l d t dl ti 
Page Le monde animal/Généralités : Les tissus animaux e 2 sur 5 
http://webiologie.free.fr/animal/presentation/tissus.html 10/01/2004 
Dans un tissu conjonctif, les cellules sont séparées les unes des autres par de la matrice 
extracellulaire. Il n'y a jamais deux cellules en contact direct sauf dans deux cas particulier : 
les cellules juste après la division et les cellules souches qui peuvent être au contact de la 
cellule différenciée. Selon la densité, on distingue trois grands types : le tissu conjonctif, le 
tissu musculaire et le tissu osseux. 
La plupart des tissus de ce type sont d'origine mésodermique. 
Les tissus conjonctifs. 
Les tissus conjonctifs, aussi appelé mesenchymateux, de soutien ou fibreux est 
comme on le voit dans ses différents nom un tissu fibreux à fonction mécanique. Son 
type cellulaire spécifique est le fibroblaste, cellule dont la finalité est de synthétiser la 
matrice extracellulaire. Cette matrice est composée de quatre grands types de molécules, 
les collagènes qui assurent sa résistance mécanique, l'élastine qui lui donnent ses 
propriétés élastiques, les proteoglycanes et les glycoprotéines qui assurent diversent 
fonctions dans la fixation cellulaire, les propriétés mécanique, l'hydratation et bien 
d'autres encore. Les tissus conjonctifs sont situés partouts ou la solidité est nécessaire : 
dans la peau il constitue le derme et renforce l'épiderme, dans l'organisme il enveloppe 
et soutient tous les organes interne, autour de la plupart des organes il forme une capsule 
conjonctive très resistante qui protége l'intérieur, il permet la fixation des elements du 
squelette entre eux et celle des muscles au squelette. Enfin dans les organes même, il 
constitue des travées conjonctives qui divisent sa masse en modules plus petits et 
soutiennent ces modules. Ces travées sont d'autant plus importantes que c'est par elles 
que les vaisseaux sanguins se répartissent dans l'organe, cela constitue d'ailleurs la 
seconde fonction des tissus conjonctifs. 
Les tissus musculaires. 
Ces tissus possèdent des propriétés contractiles. Ils sont constitué de myocytes. Il 
existe trois types de myocytes dans l'organisme ce qui donne trois types très différents 
de tissus musculaire. Leur seul points commun est leur cytosquelette très développé, 
constitué principalement de microfilaments et la lame basale qui entoure totalement 
chaque cellule et quelques cellules souches (donc non différenciées) qui servent à 
régénérer le myocyte en cas de lésion. 
Le muscle squeletique (ou strié). 
C'est le mieux étudié et donc le plus connu. Il est constituées de cellules géantes, 
plurinuclées (on parle de syncitium) toutes alignées dans la même direction qui 
correspond à la direction de traction du muscle. Les cellules proches sont 
entourées d'une travée conjonctive plus épaisse qui contient les vaisseaux sanguins, 
l'ensemble constitue la myofibrille. Les myocytes sont reliée au squelette dont ils 
assurent la mobilité (d'ou leur nom de squeletique) par l'intermédiaire de tendons, 
tissu conjonctif très solide constitué presque exclusivement de collagène. 
Les cellules ne se contractent pas spontanément, une impulsion nerveuse est 
nécessaire pour cela. Chaque cellule est innervée par l'axone d'un motoneurone, le 
contact se fait au niveau d'une synapse spéciale de grande taille appelée plaque 
motrice. Même à ce niveau, la lame basale ne s'interrompt pas, la fibre nerveuse est 
donc séparée de sa cible musculaire par une fine couche de tissu conjonctif. Si 
chaque fibre musculaire ne reçoie qu'un seul prolongement neuronal (sauf les 
muscles oculaires qui sont spéciaux), les neurones innervent chacun plusieurs 
myocytes qui vont donc tous se contracter en même temps, ils constituent ce que 
l'on appellent une unité motrice qui regroupe donc de 3 (oeil) à 50 (muscles 
Page Le monde animal/Généralités : Les tissus animaux e 3 sur 5 
http://webiologie.free.fr/animal/presentation/tissus.html 10/01/2004 
pp q g p ( ) ( 
posturaux) cellules. A l'arrivée de l'impulsion nerveuse, tous les myocytes de l'unité 
fonctionnelle se contractent au maximum de leur force, la force du muscle est 
dosée par le nombre d'unité fonctionnelle recrutées lors de la contraction. 
Les muscles de types squeletiques sont les muscles du mouvement volontaire. Ils 
participent à tous les mouvement de l'organisme dans son ensemble et sont 
responsables de la mobilité des animaux. 
Le muscle lisse. 
Moins bien étudié et donc moins bien connu. Il est constitué de cellule de petites 
taille apparement plus desorganisées que les myocytes strié (elle sont malgré tout 
très organisées pour pouvoir jouer leur role). Ces cellules peuvent être soit isolées 
(comme les muscles oripilateur des cils) soit regroupées en couche de cellules 
oriéntées dans la même direction et exercant leur force dans cette direction. Dans 
ce type de muscle les nerfs n'arrivent plus au contact de la cellule. Ils libèrent leurs 
médiateurs à distance (qui peuvent être contractants ou au contraire relaxants), ceux 
ci vont agir sur la fibre en modulant la force de sa contraction. La fibre va rester 
contracter jusqu'à ce que les concentrations en médiateurs de son environnement lui 
disent de se decontracter. Le mode de fonctionnement de ce type de fibre est donc 
très différent du précédent. 
Ce type de muscle se trouvent à l'intérieur des organes et assure les mouvements 
nécessaires à leur fonctions : vaisseaux sanguins, intestin, estomac, glandes, etc... Les 
mouvements sont involontaires, il participent du système dit végétatif. Toutefois, certains 
animaux possèdent des muscles squeletique constituée de myocytes de ce type. 
Le muscle cardiaque 
Les myocytes cardiaque semblent etre de type intermédiaire à ces deux groupes. 
Ce n'est qu'une apparence. Elles sont striées comme les myocytes squeletiques, 
mais elles ne sont pas innervées. Les cellules cardiaques peuvent se contracter 
d'elle même. Ce n'est toutefois pas une contraction continue, les cellules se 
relachent imméidatement. Isolée une cellule cardiaque va se contracter 
rythmiquement, les neuromédiateurs ne déterminent pas la force de contraction 
mais son rythme. Dans le coeur naturellement les cellules sont synchronisées pour 
permettre un fonctionnement harmonieux de l'organe, leur contraction est 
déclenchée par un tissu particulier : le tissu nodal. 
Le tissu cardiaque est, comme son nom l'indique,spécifique du muscle cardiaque des 
vertébrés. 
Le tissu osseux. 
Ce tissu ne se rencontre que chez les vertébrés, et encore pas chez tous. Sa 
particularité est d'être calcifié. Toutefois, des tissus conjonctif peuvent être calcifiés sans 
avoir la structure du tissu osseux. La particularité de celui ci est sa continuelle 
destruction/reconstruction qui permet de remettre en circulation le calcium stocké dans 
sa structure. 
Les tissus qui n'en sont pas. 
Certains organes sont abusivement qualité de tissu. On parle par exemple de tissu 
l i C' t hé é i U i i t ti C t t 
Page Le monde animal/Généralités : Les tissus animaux e 4 sur 5 
http://webiologie.free.fr/animal/presentation/tissus.html 10/01/2004 
􀁺 un épithélium monocouche, l'endothélium qui assure l'etanchéité ou la perméabilité selective
du vaisseau. 
 
􀁺 un tissu conjonctif élastique qui forme une lame autour de l'endothélium et assure l'élasticité
du vaisseau. 
 
􀁺 une couche musculaire. 
􀁺 un tissu conjonctif enveloppant en continuité dans les organes avec le tissu des travée
conjonctives. 
Selon les endroits, les tissus les plus externes peuvent manquer. D'autre peuvent se 
rajouter : par exemple, certaines grosses artère possèdent des anneaux de conjonctif résistant, 
le cartilage, pour maintenir leur ouverture. 
 
Laurent DELEPINE 
Création le 22 dec 2000 
vasculaire. C'est une hérésie. Un vaisseau sanguin est un organe, pas un tissu. Comme tout 
organe, un vaisseau sanguin est constitué de plusieurs tissus, de l'interieur vers l'extérieur : 
􀁺 un conjonctif liquide : le sang.
Page Le monde animal/Généralités : Les tissus animaux e 5 sur 5 
http://webiologie.free.fr/animal/presentation/tissus.html 10/01/2004 
 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger MSN Skype N° de telephone
Auteur Message
Publicité






MessagePosté le: Lun 31 Mar - 11:02 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    FORUM DE BIOLOGIE Index du Forum -> biologie generale -> BIOLOGIE ANIMALE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Arthur Theme